L’enseignement n’est pas une marchandise. Il ne peut être soumis aux lois du marché et de la concurrence commerciale. Tout ce qui tendrait à l’en rapprocher doit être combattu, pour que chaque citoyen conserve les moyens de sa liberté.



Le Logement

Imprimer Imprimer

Pierre Stassart représente la Ville à la Maison Liégeoise.

La Maison Liégeoise est une société de logements sociaux. Comme plusieurs autres sociétés implantées dans les centres urbains, elle a du faire face à la paupérisation croissante de ceux-ci au cours des années 80 et 90.

A l’origine, l’équilibre financier du logement social vient d’une compensation entre les loyers payés par les travailleurs qui, sans rechercher un logement plus cher dans le secteur privé, laissent néanmoins un léger bénéfice à la société de logement social, et les personnes sans emploi, qui paient moins que le prix de revient.

La législation imposant, à juste titre, de réserver les logements sociaux aux personnes les plus démunies, les sociétés de logement urbaines se sont retrouvées en déficit dès lors que les allocataires sociaux devenaient majoritaires au sein des locataires. Depuis, on peut dire que la Région, compétente en matière de logement, n’a jamais fait face à la contradiction entre son souhait d’équilibrer les comptes sans financer un déficit d’exploitation et sons souhait de privilégier les personnes les plus démunies.

On attend que, comme en France, soit instauré un mécanisme de compensation du déficit lié à l’obligation de louer aux locataires les plus pauvres à un loyer inférieur au prix de revient. Alors seulement la politique de logement social de la Région sera cohérente.

Dans l’attente, la Maison Liégeoise n’est pas restée inactive et a procédé à la rénovation de plusieurs ensembles d’habitation. Citons par exemple celui du quartier des Vennes, autour de la place Reine Elisabeh, ou celui de Ste Walburge, place Seeliger.